CRASH AU MONT-BLANC, Les fantômes du Malabar Princess et du Kangchenjunga


CRASH AU MONT-BLANC, Les fantômes du Malabar Princess et du Kangchenjunga

Référence: 789

En stock
Expédition possible sous 5 jours

24,50
Prix TTC, livraison non comprise
Poids du colis: 600 g


Modes de livraison possibles: Service postal vers la France, Service postal Union Européenne, Service postal vers la Suisse

Françoise Rey – Edition Le Petit Montagnard
Livre broché, 352 pages - 14 x 20,5 cm - Texte en français
Edition 2013

Le 3 novembre 1950, le Constellation Malabar Princess de la Compagnie Air lndia s’écrase à quelques mètres du sommet du mont Blanc faisant quarante-huit victimes, sans compter le guide qui conduisait la caravane de secours dépêchée sur les lieux de l’accident. Rapidement une rumeur se répand à Chamonix : le Malabar transportait un trésor en lingots d’or et en bijoux... La tragédie du Malabar fit la une de la presse internationale ; elle inspira Henri Troyat pour son roman La Neige en deuil, qui sera ensuite adapté au cinéma avec Spencer Tracy dans le rôle principal.
Le 24 janvier 1966, le Boeing Kangchenjunga appartenant à la même compagnie se crashe avec cent dix-sept personnes à bord au même endroit que le Malabar. Erreur d’appréciation ou collision ? Un journal allemand révèle qu’un avion militaire italien a disparu des radars en même temps que l’appareil d’Air lndia. Une expédition emmenée par l’alpiniste René Desmaison et composée de journalistes et techniciens de l’ORTF, redescend des pièces qui, prétendent-ils, ne sont pas d’un Boeing.
Le dossier n’en est pas moins rapidement classé.
En enquêtant sur ces affaires, en recoupant documents et témoignages, Françoise Rey a construit un récit palpitant qui a été publié en mai 1991 par les Éditions Glénat à Grenoble et plusieurs fois réédité. Il était épuisé depuis 2009.
En prélude à cette nouvelle édition, Françoise Rey explique : «En filigrane dans le film Malabar Princess sorti en 2004, en anecdote dans Le fabuleux destin d’Amélie Poulain (2001), et maintenant point de départ de Un sentiment plus fort que la peur, le “dernier Levy” (2013) — qui comme Crash au Mont-Blanc s’ouvre par «Bombay, 23 janvier 1966» — les catastrophes d’Air India inspirent les auteurs de fiction dès qu’il y est question de mémoire, de mensonge, de culpabilité, de deuil... et de mystère évidemment. Or tout ce qui a été raconté depuis vingt ans autour de ce sujet doit quelque chose à Crash au Mont-Blanc, qui a révélé en 1991 la véritable histoire, ou plutôt les histoires des deux drames de 1950 et de 1966.»

La danseuse illustrant le petit texte de la couverture a été photographiée par l’alpiniste Patrick Gabarrou le 2 juin 1985 alors qu’il ouvrait une voie dans un éperon de la face ouest du mont Blanc. Elle était peinte sur un morceau de l’épave du Malabar Princess.

Les clients qui ont acheté ce produit ont aussi commandé

Poids du colis: 700 g
Poids du colis: 1 400 g
Poids du colis: 1 400 g
* Prix TTC, livraison non comprise

Parcourir également ces catégories : www montagne-librairie.com, LITTERATURE, AVENTURE, HISTOIRE